Les indicateurs conjoncturels observés à fin septembre 2011, affichent un net ralentissement
de la croissance économique mondiale, en raison de la forte augmentation de l’incertitude
financière et budgétaire, de la poursuite du resserrement des politiques monétaires,
du fléchissement des exportations et du renchérissement des prix des matières premières de base.


En clôture de 2011, la croissance en termes réels du produit intérieur brut mondial est
estimée à 3,8%, l’inflation devrait atteindre 7,2% dans les pays émergents et en développement
et 2,7% dans les pays avancés, alors que le volume du commerce mondial enregistrerait une
décélération, pour atteindre un taux de croissance de 6,9% en 2011, contre 12,7% affiché en 2010.

Malgré ce climat défavorable, l’économie nationale s’est caractérisée, à fin septembre 2011,
par des équilibres macro-économiques et financiers en position favorable par rapport à ceux
réalisés à la même période de l’année 2010.

 
Télécharger la note de conjoncture à fin septembre 2011  
Télécharger la note de conjoncture à fin juin 2011     

 Notes de Conjoncture [ 2007 - 2009 ]

 

  

 

 


Les tendances observées en 2010 se sont poursuivies au 1er semestre 2011. Les équilibres
macroéconomiques et financiers se sont consolidés dans un contexte international marqué
par l’augmentation du prix du pétrole brut et  le renchérissement des prix internationaux des 
produits alimentaires de base.


Le comportement des principaux indicateurs macroéconomiques et financiers à fin juin 2011
par rapport à la même période de l’année 2010, est lisible à travers :

• Un déficit du solde global du Trésor de 577,2 milliards de DA, sous l’effet des accroissements
différenciés des dépenses budgétaires (+26,0%) et des recettes budgétaires (+3,8%).

• Un ralentissement du rythme de l’inflation situant son taux à  3,76 % à fin juin 2011 contre 4,62%
à fin juin 2010.

• Une appréciation du dinar par rapport  au dollar  (2,79%) et une dépréciation par rapport
à l’Euro  (-3,33%).

• Une croissance des exportations, en dollar courant, de 30,6%, tirée principalement par
les produits d’hydrocarbures.

• Une progression des  importations de marchandises de 16,1%, en dollar courant.


 Télécharger la Note de conjoncture à fin juin 2011  

 Notes de Conjoncture [ 2007 - 2009 ]


La  tendance des principaux indicateurs macro-économiques et  financiers, observée à fin septembre 2009, a été influencée par le retournement de la conjoncture  internationale qui s’est traduite, entre autres par une contraction du commerce mondial et un recul des prix des produits de base, y compris les hydrocarbures. 

Cette situation a engendrée, au plan interne une forte contraction du revenu de nos exportations (-51% par rapport à fin septembre 2008) et des produits de la fiscalité pétrolière (-47,7%par rapport à fin septembre 2008).

Dans ce contexte international, marqué par la récession des économies des pays développés et le ralentissement de la croissance économique dans les pays émergeants et en développement, la situation économique interne appréhendée à travers les principaux indicateurs, s’établit, à fin septembre 2009 comme suit :    

-  Une croissance économique en prévision de clôture pour 2009 de 2,3%, en relation avec la baisse de la production, en volume, des hydrocarbures. Hors hydrocarbures cette croissance se situerait à prés de 10%, sous l’effet d’une  prévision de  croissance agricole exceptionnelle. 

-  Un déficit global du Trésor (hors FRR), inférieur de 32% par rapport à celui enregistré à fin septembre 2008. 

-  Des disponibilités du FRR qui se positionnent à 4 280 milliards de DA, soit le maintien à leur niveau de fin décembre 2008.

-  Un encours de la dette publique intérieure  se situant  à  un niveau de 784,8 milliards de DA et un encours de la dette publique extérieure en baisse de 21% par rapport à son niveau à fin septembre 2008.

-  Une  variation de  l’indice des prix à  la  consommation affichant un  taux d’inflation  de 5,7% tiré essentiellement par l’augmentation des prix des biens agricoles frais, produits localement.

-  Des flux à l’importation de marchandises en quasi stagnation (+1%) et des revenus  d’exportations en net recul  par rapport à fin septembre 2008.

-  Une dépréciation de la monnaie nationale par rapport au dollar américain et par rapport à l’euro.

-  Une progression des réserves brutes de change  de 4%  et de 2% respectivement par rapport à fin septembre et fin décembre 2008.


Télécharger la Note de conjoncture à fin juin 2009  

Note de Conjoncture [ 2007 - 2009 ]





 La Direction Générale de la Prévision et des Politiques(DGPP) est chargée de:

 

  - L'élaboration du système d'information du Ministère des Finances.

  - La collecte, le traitement et la diffusion des données statistiques relatives à la sphère réelle et financière.

  - La réalisation des études de prévisions économiques.

  - L'élaboration des éléments nécessaires à la conception des politiques budgétaire et fiscale.

  - Le suivi et l'évaluation des équilibres des régimes sociaux.

  - La préparation des rapports de présentation des lois des finances.

  - La réalisation  des simulations afin de mesurer les impacts à caractères économique et financier.

 La Direction Générale de la Prévision et des Politiques est composée de quatre (04) directions:

1- La  Direction du  Recueil des Informations (DRI):

       - Sous - Direction des Statistiques de la Sphère  Financière

       - Sous - Direction des Statistiques de la Sphère Réelle

2- La Direction de la Prévision Macro-Economique (DPM):

      - Sous - Direction de la Prévision

      - Sous - Direction de  l’Analyse de la Conjoncture

      - Sous-Direction de l’Analyse des Opérations Financières

      - Sous - Direction des Modèles et Simulations

3- La Direction des Politiques Budgétaires (DPB) :

     - Sous - Direction des Equilibres Budgétaires

     - Sous - Direction de l’Action Economique et Sociale de l’Etat

4- La Direction de la Politique Fiscale (DPF) :


    - Sous - Direction de la Politique, de la Fiscalité des Revenus, de la Consommation et de l'Epargne

    - Sous - Direction des Régimes Sociaux

    - Sous - Direction de la Fiscalité Spécifique

 


La mise en œuvre de ces deux modèles, s’inscrit dans le cadre du programme d’appui au management de l’économie (AMECO),financé sur un don de l’Union Européenne.

Le MCEG est un modèle pour la simulation de chocs sur l’économie nationale dans son ensemble. La formation sur ce modèle a démarré en 2007, pour s’achever en 2010.

Pour le modèle de prévision, il s’agit d’améliorer et de mieux fiabiliser les méthodes de prévisions utilisées actuellement par la DGPP.

http://uap-ameco.com/rubrique.php3?id_rubrique=23


Schéma Directeur Informatique (SDI)

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma directeur informatique du Ministère des Finances (SDI) et conformément, aux actions et aux projets identifiés dans le rapport final1  portant schéma directeur informatique du ministère des Finances, la DGPP a été chargée de piloter le projet intitulé « pilotage ministériel ».

L’objet de ce projet est la mise en place d’un système de pilotage transverse au Ministère des Finances qui permettra de consolider, partager et bâtir des sources d’informations pour les agents du ministère.

Il s’agit à travers ce projet, de mettre en œuvre dans, une première étape, une infrastructure d’infocentre (base de données, outils de génération de tableaux de bord/requêtes, outils de consultations) alimentée dans un premier temps avec les données de pilotage existantes et dans une deuxième étape, intégrer les données complémentaires venant des nouvelles applications déployées dans le cadre du SDI, notamment le SIGB.

Pour la prise en charge de la première étape du projet, deux projets sont en cours de réalisation au niveau de la DGPP, le premier projet concerne la mise à niveau de la base de données macroéconomique et le second est relatif à l’acquisition de matériels informatiques didactiques et de logiciels et autres équipements. Ces deux projets dont le montant est respectivement de 500 000 € et    300 000 € sont financés sur don de l’Union Européenne dans le cadre du projet AMECO (Appui au Management de l’Economie).

Concernant l’état d’avancement de ces projets, il y a lieu de noter qu ’un marché portant mise à niveau de la base de données macroéconomique a été lancé, un prestataire de service a été retenu, le projet sera lancé au cours du 2éme semestre 2009. Pour ce qui est de l’acquisition des équipements informatique, le choix du fournisseur a été fait et l’acquisition de ce matériel se fera au cours de dernier trimestre 2009.


(1) : élaboré par le cabinet INEUM Consulting dans le cadre du projet MSB financé sur un  prêt de la Banque Mondiale et géré par la DGB.


Implantation d’un Cadre de Dépense à Moyen Terme (CDMT)

La mise en place d’un cadre de dépenses à moyen terme (CDMT) entre dans le  cadre de la réforme budgétaire engagée par le Ministère des Finances pour moderniser ses systèmes budgétaires.

Le CDMT est un instrument de programmation, de planification et de budgétisation à moyen terme, glissante, permettant de placer la gestion budgétaire dans une perspective pluriannuelle. Le CDMT vise à :

      - Renforcer la pérennité des politiques publiques, en s’assurant de la compatibilité de leur
        impact budgétaire futur avec les possibilités financières de l’Etat et le cadre macroéconomique ;

     - Accroître, l’efficacité des ressources budgétaires en renforçant le lien entre les stratégies
       sectorielles et le budget annuel ;

     - Donner une meilleure visibilité aux gestionnaires sur les possibilités de programmation budgétaire
       pluriannuelle en s’assurant de la cohérence entre les différentes composantes du budget de l’Etat;

     - Améliorer les conditions de préparation de la loi de finances et renforcer l’efficacité des arbitrages
       intersectoriels.

Pour la réalisation du CDMT, une stratégie et un plan de formation ont été élaborés.

La stratégie développée a défini la méthodologie d’intervention et le déroulement des activités pour : le CDMT global,  les plans stratégiques et les CDMT ministériels.

Le plan de formation a développé les thèmes sur lesquels doit porter la formation d’appui au CDMT ainsi qu’un calendrier de formation.



Concernant le CDMT global, dans une première étape, il s’agit de procéder notamment à :

     - Améliorer les outils de prévisions de toutes les recettes de l’Etat en tenant compte des implications
      sur les changements éventuels de la politique fiscale que ce soit, en matière de fiscalité ordinaire
      ou pétrolière.

     - Développement des outils pour conduire des analyses fines des modifications des politiques avec des
       liens explicites avec les procédures pratiques d’allocation budgétaire (modèle permettant de tester
      différentes options d’allocation budgétaire au-delà des paramètres macroéconomiques).

     - Construire les liens appropriés entre les dépenses d’investissement et les dépenses récurrentes.

     - Etablir un registre des dettes éventuelles (état prévisionnel de remboursement de la dette publique).

     - Préparer les indicateurs macroéconomiques et les prévisions budgétaires conformément à la
       méthodologie de programmation utilisée à l’échelle internationale.

Dans une deuxième étape, il y a lieu de définir le CDMT global comprenant les dépenses totales, qu’elles soient d’investissement, de fonctionnement ou de transfert, en intégrant la « contrainte financière ».

Le cadre de dépense à moyen terme devra présenter les enveloppes budgétaires, la stratégie du ministère des Finances avec ses objectifs et ses indicateurs macroéconomiques des secteurs, réel, finances publiques, monétaires et extérieurs).

La troisième étape interviendra pour finaliser le CDMT global (cadre macroéconomique budgétaire), celui-ci sera utilisé comme document d’appui à la préparation de la loi de finances.

Concernant les plans stratégiques ministériels (orientations stratégiques)

Chaque ministère doit préparer son plan stratégique à moyen terme qui présente une vision claire de son secteur, définissant un ensemble de buts et d’objectifs, ainsi que les moyens à mettre en place pour les atteindre. Ce plan stratégique servira de base pour la préparation du CDMT ministériel

Concernant le CDMT  ministériel

Le CDMT ministériel décline la stratégie ministérielle sous forme d’enveloppes financières à affecter aux programmes, sous programmes et activités à moyen terme du secteur d’intervention du ministère.

Le CDMT ministériel est un parfait outil d’aide à la décision au niveau du ministère et plus particulièrement au niveau de la cellule stratégique et de la cellule budgétaire. C’est un outil qui permet à la fois la concertation et la négociation pendant le processus d’élaboration entre la cellule stratégique et la cellule budgétaire.

  Lundi : 26-8-19

LA D.G.P.P

 

MARCHE DES VALEURS DU TRESOR

2146779
Aujourd'hui
Cette Semaine
Ce mois
Toutes
234
2425
66653
2146779